Non au barbarisme de l'excision

Publié le par Laurent Bague

L’excision est dénoncée et parfois punie par la justice dans plus en plus de pays africains. Pourtant, elle ne s’arrête pas. Mais à qui la faute ? A l’occasion du Forum des communicateurs traditionnels d’Afrique de l’Ouest sur les violences faites aux femmes qui se déroule au Burkina Faso, Afrik.com a interrogé les participants de la manifestation, mais aussi la rue ouagalaise.

 

Comme toutes les traditions, l’excision a la vie dure. Les pays où cette coutume perdure se mobilisent de plus en plus pour dénoncer et réprimer la coutume très répandue en Afrique qui consiste en l’amputation d’une partie du sexe de la femme. Comment expliquer alors que l’éradication soit si difficile à atteindre ? A l’occasion du Forum des communicateurs traditionnels d’Afrique de l’Ouest sur les violences faites aux femmes, organisé par l’Agence de la Francophonie à Ouagadougou (Burkina Faso), Afrik.com a demandé l’avis des participants de l’événement et de la rue ouagalaise.

 
Bakari, Burkinabé, 62 ans

« Il faut pousser la sensibilisation »

« Si l’excision continue, c’est parce que la sensibilisation n’est pas assez poussée. Avec une bonne stratégie, tu peux convaincre six personnes sur dix et peu à peu l’excision va finir. Mais pour convaincre les gens, il ne faut pas parler avec un gros cœur. Il ne faut pas non plus bousculer les gens en parlant avec force parce que les Africains n’aiment pas que l’on leur impose des choses. La bonne méthode est d’agir doucement. Avec les anciens qui ne veulent pas comprendre, il faut être très malin et leur expliquer qu’il faut compter avec l’évolution. »

 
Kadidia, Malienne, 60 ans

« C’est uniquement la faute des femmes »

« Arrêtons de nous cacher derrière les hommes (qui bien souvent ne sont même pas au courant que leurs filles ont été excisées), les marabouts et le gouvernement. Si l’excision continue, c’est à cause des femmes. Qui les amène chez l’exciseuse ? La mère, la belle-mère, la grand-mère. Qui excise ? Une femme. Les femmes sont au centre, sans s’en rendre compte, de cette pratique. Ce sont elles qui donnent son activité à l’exciseuse. Car si la femme n’amène pas sa fille, l’exciseuse n’ira pas la chercher. Quand la femme aura compris qu’elle est victime de cette tradition dont elle n’arrive pas à se débarrasser, elle se mobilisera et luttera contre la pratique. Elles sont les seules à pouvoir y mettre fin et à sauver leurs filles. »

 

Ousmane, Burkinabé, 28 ans

« Si les autorités sanctionnaient sévèrement les récidivistes, il y aurait un effet dissuasif »

« C’est surtout à cause des autorités que l’excision ne recule pas. Elle ne sanctionne pas assez sévèrement les récidivistes, compte tenu de la gravité de leur crime. Récemment, une exciseuse multi-récidiviste a été condamné ici à trois en de prison ferme. Cette condamnation va servir d’exemple et dissuader les autres. Mais le gouvernement se réveille un peu tard car s’ils avait agit ainsi dès le départ, beaucoup auraient pleinement compris conscience du mal que fait cette pratique.

 

  Yaya Fanta, Ivoirienne, 50 ans

« Certains intellectuels véhiculent un message dangereux »

« Un jour, la présidente d’un organisation non gouvernementale très connue qui milite pour la promotion de la femme et spécialisée dans la santé m’a dit que l’excision est une bonne pratique, qu’il ne faut pas y voir qu’un acte que nous appelons mutilation, puisque la pratique entre dans le cadre d’une initiation. Une réflexion que je trouve complètement paradoxale et dangereuse car elle contribue à pérenniser l’excision. Si des leaders, femmes de surcroît, tiennent ce genre de discours, cette pratique a encore de beaux jours devant elle. Donc il ne faut pas simplement axer la sensibilisation sur les analphabètes, mais aussi sur les citadins et les intellectuels. »

 

Idrissa, Burkinabé, 23 ans

« La tradition est en cause »

« La tradition est beaucoup trop ancrée dans l’esprit des gens, surtout dans les petits villages et quartiers des zones reculées. Car elle s’est transmise de génération en génération. Il est donc difficile pour les exciseuses de faire une croix sur ce qui représente, pour elles, un héritage de leurs ancêtres. C’est pour ça qu’elles le font en cachette. Par ailleurs, ce qui tend à perpétuer l’excision dans les villages, c’est la fin des excisions médicalisées, qui a poussé les femmes à se rendre chez des exciseuses traditionnelles dans des coins reculés. »

 
Source : www.afrik.com

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article